Piate fiauve en patwès lorrain (petite histoire en patois lorrain)

Publié le par Bobdy

Vace eune piate fiauve que s’pèsse dans lo villèche d’ Moncheu et qu’j’a treuvé dans un vieux lîve…

« Lo pia Ermounek lourain »

pè Chan Heurlin

1879

Lo soulon

L’ante jonâye, lè piate Méyate et lo Mina d’Moncheux on ètu è lè môhon d’comune po s’mèrieu.

Lè bâcèle ateu pèraye et hhôyante come i ouère, et lo guèhhon, ron come i pu.

Monsieu l’mare, to fôcheu, e di è Mina : Ve r’viendreû d’main, qua v’èreû cuveu vate vin, et que ve sèreû c’que v’deheû.

Lo lond’main l’on r’venin. Lè bâcèle ateû ‘ca pu béle et l’guèhhon ica pus sô.

- Ve n’ateû-m’ hontoûse – e di monsieu l’Mâre è Mèyate – d’èmoineu toceu in ome qu’a sô come i p’hhé.

- Què qu’ve v’leû, monsieu l’Mâre – e r’pondu Mèyate – je su mou màlereûse ; qua i n’a-m’ sô i n’vieu-m’ venin.

 

fiauve : histoire

on ètu : ont été

môhon d’comune : mairie

s’mèrieu : se marier

bacèle : fille

hhôyante : luisante (ici veut dire belle)

ouère : verre

guèhhon : garçon

pu : poux

c’que v’deheû : ce que vous dites

toceu : ici

 : soul

p’hhé : porc

i n’a-m’ : il n’est pas

i n’vieu-m’ : il ne veut pas

Commenter cet article